navigation

Lynchage de Grenoble: la com’ d’Hortefeux va plus vite que la police 12 avril, 2010

Posté par news101 dans : Divers France , trackback

Après la violente agression gratuite d’un jeune homme dans la soirée de vendredi à samedi, Brice Hortefeux a été prompt à réagir, quitte à ne pas donner la même version que le parquet.

la com' d'Hortefeux va plus vite que la  police

Vendredi soir, les pas d’un cartographe de 24 ans ont croisé ceux d’une bande expulsée du tramway à Grenoble. Les jeunes énervés, âgés d’une vingtaine d’années, ont d’abord insulté le groupe dont il faisait partie. Puis, après avoir demandé en vain une cigarette à la compagne du cartographe, la dizaine d’individus se sont acharnés sur le jeune homme à coups de pied dans le visage d’abord, puis de deux coups de couteau dans le bras et le dos.

L’affaire s’est finie à l’hôpital. La victime s’y trouvait encore, ce lundi matin, un poumon perforé. Elle est sortie du coma dimanche mais pourrait garder de graves séquelles neurologiques.

Violent, gratuit, injuste par essence, ce fait divers ne peut que susciter l’indignation. Alors que le bilan de sa politique de sécurité est chahutée, le ministre de l’Intérieur se devait de réagir vite et avec efficacité. Quitte à ce que le plan com’ soit un peu rapidement monté.

En effet, alors que l’affaire est rendue publique dans un entrefilet du Dauphiné Libéré ce dimanche, repris par l’AFP, Brice Hortefeux répond aux questions des journalistes d’iTélé dans l’après-midi, au cours de l’émission « 17h politique ». « Onze personnes ont été identifiées » grâce à des caméras de vidéosurveillance, déclare alors Brice Hortefeux qui a annoncé que « certaines » d’entre elles avaient été interpellées.

Télé présente: « un coup de bol »

Une heure plus tard, interrogé par l’AFP, le parquet de Grenoble dément l’information. « L’identification est un travail fastidieux, de fourmi, qui peut prendre du temps », a rappelé (au ministre ?) le procureur de Grenoble, Jean Philippe. Pas d’interpellation donc, et les agresseurs étaient « en cours d’identification par les enquêteurs qui exploitent des vidéos présentées aux amis de la victime », entendus comme témoins « dans le courant du week-end ».

Interrogé sur le couac, le service communication du ministère répond sèchement que Brice Hortefeux se rendrait ce lundi à Grenoble. Après une visite au CHU de la ville, le ministre tiendra vers 16h une conférence de presse pour faire un point sur les avancées de l’enquête.

Lundi, c’est aussi par voie médiatique que l’affaire a rebondi. Selon le Dauphiné libéré, deux hommes ont été identifiés et interpellés par les caméras du surveillance du réseau de tramway de la ville. Plus rare, M6 et iTélé étaient présents sur les lieux et ont diffusé les images d’une des interpellationsau petit matin.

« Quand on filme une interpellation c’est soit que le ministère de l’Intérieur nous a envoyé une invitation officieuse, ce qui n’a pas été le cas ici, assure Sébastien Bendotis, correspondant pour iTélé à Grenoble. Soit par recoupement. Dans le cas qui nous concerne, entre l’annonce de Hortefeux dimanche et le fait qu’il se déplace aujourd’hui à Grenoble, on a compris qu’il se passait quelque chose. Comme on sait que les interpellations ont lieu à 6 heures du matin, on s’est mis au bon endroit et on a eu du bol », conclut le journaliste.

Des images qui servent l’efficacité et la réactivité des services de police. Les deux personnes interpellées ne seraient pas les auteurs du coup de couteau, mais l’une d’elles serait connue des services de police. De quoi aider Brice Hortefeux dans son intervention de cet après-midi.

(Source : Lexpress.fr)

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

lilipokefan |
les maternelles menacées ! |
gojob59 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les sportifs de creissan
| Informez-vous pour en parler !
| junkroom